Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre


Bienvenue !
Vos suggestions ou vos questions 
: richard.marielle@free.fr

Recherche

23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 10:34

A propos de nos invités à la Fête de l'Automne 2007

Land'art à la  Corbinière des Landes de GOMENE en Centre Bretagne , ou le parc bocager des aventuriers de la vallée perdue

Dans la page du Télégramme du 2 août 2007, Géo, paysangiste et Céline, jardinière humani-terre, entrainent le visiteur de la Corbinière dans un monde de douceur, de quiétude et d'humanité sur fond de sylvisculptures et d'une nature devenue objet d'art.

"La Corbinière est un laboratoire où fusent les idées sur fond de fusains. Sur le parcours de 11 ha conventionné par le Conseil général des Côtes d'Armor, chaque halte est prétexte à discussion et à l'éveil : botanique, agronomie, métiers du bois ou art, mais aussi rapport entre les hommes pour une répartition équitable des richesses. "

Lors de notre visite dans ce jardin de paix, nous avons fait une ballade à la rencontre de l'esprit des lieux et avons croisé, ici une souche qui nous a attiré en son sein (photo ci-dessus), là un ruisseau qui nous a enchanté par son rire en cascade, ou encore une cabane signée par les nombreux visiteurs qui y ont laissé leurs traces.

Le 3 novembre à Brignogan, Géo nous a conté l'aventure de la Corbinière avec passion et bonheur. Son chapeau de roseau sur la tête et son bâton de conteur à la main, Géo a fait défiler les photos de son paradis et voici quelques extraits de son écho à cette rencontre :

"La petite église de proximité avec la salle paroissiale pour nous accueillir dans la docilité et la gaieté . Bravo !

Marielle-Geneviève faisant tout pour nous satisfaire. Les rencontres confortent l'esprit - Réseau. Le partage à l'appui. C'est bon d'être venu jusqu' ici et de sentir l'amitié à fleur de peau, frissons même dans le frima de la grisaille finistérienne.

A nous de savoir donner une suite à ces élans, via le 3ème salon des Initiatives de Paix. Rendez-vous à la Villette - Paris début juin 2008.  

D'ici là du boulot avec les 20 ans de l'Ouragan de 1987, la Corbinière participe à l'opération "Arbres dans le vent" l'occasion de parler de biodiversité.

Mettons en commun nos potentialités/complémentarités et pour cela sur le terrain à 200 kms de Brignogan, la Corbinière vous attend."

En 2008: université bocagère ave 6 chantiers mensuels ouverts au public à partir du 7 novembre à La Corbinière sur les thèmes suivants : taille de formation et élagages de haies, réhabilitation d'un ruisseau, prélèvement et valorisation des bois avec la traction animale, régénération de haies existantes, protection des berges par techniques végétales, faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite.

tel de La Corbinière: 02 96 26 56 84

contact Université bocagère : 06 24 92 79 84

Repost 0
Published by Marielle - dans A propos ...
commenter cet article
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 09:53

A propos de nos invités à la Fête du Vivant 2007

Conférence de René LE CAM

Lors de la rencontre du 3 novembre à BRIGNOGAN,  René LE CAM, ancien pêcheur et poète malgré lui, nous a expliqué son parcours avec ses mots, son enthousiasme à transmettre, à écrire, sa relation à la mer, sa vision de l'écosysthème marin.

Les mots de René LE CAM, porté par les méandres de son destin, reflètent la beauté du monde. Au bord de la mer, il se sent chez lui. Assis sur le mur de son vieux  port ou sur un rocher, il se fond avec l'océan et trouve son inspiration.

René LE CAM est devenu poète grâce à la mémoire de son père, mort à la mer. Il a écrit l'histoire du vieux port de St Quay Portrieux (22) et il est devenu la masquotte de son village. Transmettre la beauté de la nature et les richesses de la mer est la raison d'être de son travail. René LE CAM aime tout particulièrement parler aux enfants qu'il fait rêver en leur lisant des passages de son livre "Le petit magicien".

Autre livre : "Plaisir d'écrire"

Une exposition des photos de Marie-Andrée MAZEAS, qui tient une galerie à Douarnenez, a illustré les propos de René Le Cam. Photos de la mer vue du rivage, côte de Douarnenez, le port, les vieux bateaux... 

 

Repost 0
Published by Marielle - dans A propos ...
commenter cet article
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 09:21

Des nouvelles graines à semer...

On pourra vivre ensemble un nouveau monde, ou en éco-village etc...

si on a fait ce qu'il faut pour maturer notre ego, cause de tous les réflexes identitiaires et de notre impuissance collective,

si on accepte l'unité de la connaissance, de la science , de la religion, de la spiritualité,

si on renonce à l'argent-marchandise et qu'on institue une économie sans croissance et sans technologie destructrice du VIVANT :

si on change nos habitudes alimentaires et environnementales,

si on célèbre l'incarnation et le VIVANT avec tout ce qui élève les vibrations et si on renonce à tout ce qui les abaisse,

C'est une nouvelle dimension qu'on s'ouvrira, si on l'ouvre en nous-même.

Ce monde a en effet plusieurs avenirs possibles.

Franck HATEM est docteur en ontologie (Montréal), auteur du livre "Les Cinq Clefs" aux éditions Louise Courteau et de  "Une 6ème clé pour une civilisation nouvelle" (à paraître), et livres publiés chez Ganymède Editions où il propose la première théorie globale expliquant l'origine de l'esprit, de la conscience, de l'énergie et de la matière.

Il anime chaque mois des ateliers où sont développés tous les aspects nécessaires à la réalisation de la civilisation humaine, vivante et écologique, en particulier à travers les éco-villages.

voir son site : www.humani-terre.net

 

Repost 0
Published by Marielle - dans A propos ...
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 21:32

Fête del'Automne à Plounéour-Menez (15kms au sud de Morlaix)

le samedi 11 novembre de 10h à 20h à la salle polyvalente

 à 10h conférence sur une méthode pour économiser l'eau : les toilettes sèches

voir le site http://www.habitat-ecologique/org

Une toilette sèche se différencie d'une toilette à chasse d'eau par le simple fait qu'elle n'utilise pas d'eau. A la place on recouvre les déjections d'une litière sèche carbonnée, de la sciure de bois par exemple. C'est propre et sans odeur !

L'eau est précieuse or c'est de l'eau potable qui est utilisée (moyenne : 40litres/habitant/jour) pour "chasser" nos déjections. Cette mauvaise gestion de la matière organique est à la source de bien des problèmes :  - épuration lourde et peu efficace

                        - dégradation des écosystèmes aquatiques et des eaux souterraines

                        - perte en humus pour les sols

La litière après compostage rend au sol la richesse qu'il nous donne.

Simple à utiliser : Il suffit d'encadrer confortablement un seau et de se procurer de la matière sèche fine et carbonnée qui sera utilisée comme litière après chaque usage. Quand la toilette est pleine, vider le seau sur le carré à compost, avec les épluchures de légumes et les déchets de jardin. On peut rajouter ortie, consoude et fumier animal, recouvrir de paille et laisser mûrir un an avant de s'en servir au potager, aux pieds des arbres ou pour les fleurs.

Enquête nationale : Depuis le début de l'année 2005, l'association Empreinte réalise une enquête auprès des utilisateurs de toilettes sèches.

Foyers utilisant des toilettes sèches : 554 réponses (état septembre 2006).

Très forte représentation du grand Ouest, dûe en partie à l'implantation de l'association  en Ile et Vilaine : La Bretagne est la grande gagnante de ce sondage !

Repost 0
Published by Richard - dans A propos ...
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 21:32

Une conférence de Jean-François ROUDAUT

Fondateur de la Maison de l'Art de Vivre voir site internet : http://maisonartdevivre.over-blog.com   

Comment vivre sa vie au coeur du vivant ?

Jean-François Roudaut a déjà tenté de répondre à cette question lors du salon organisé à Hengoat (Côtes d'Armor)  les 21 et 22 octobre dernier. Son chemin vers l'autonomie se concrétise par un art de vivre respectueux du vivant : utilisation concrète des énergies renouvelables (chauffe-eau, panneaux, lampes, fours solaires, éolienne, épuration par les plantes, toilettes sèches), une alimentation vivante avec graines germées, algues, légumes bio..., une approche naturelle de la santé, la connaissance de soi...

La maison de l'art de vivre comprend une boutique associative ouverte le lundi où l'on peut acheter céréales, livres, objets et produits pour le bien-être de corps et la protection de l'environnement. Située dans un cadre champêtre préservé, cette "oasis" fait partie du mouvement "oasis en tous lieux" répondant à la charte élaborée par Pierre Rabhi, agro-écologiste.

Rappel des idées forces du Manifeste pour des Oasis en Tous Lieux :

Les Oasis en Tous Lieux sont à construire. Elles consistent en des regroupements géographiques d'unités de vie (terrain et habitat), fondées sur la terre nourricière et les échanges favorables à la reconstitution du lien social.

1 - Mettre l'humain et la nature au coeur du développement

2 - Recourir à la terre comme alternative pour un changement de vie

3 - Développer les cultures vivrières pour l'autosuffisance alimentaire selon les principes de l'agroécologie (produire sans détruire)

4 - Etre acteur du développement local

5 - Etablir une solidarité ville-campagne sur la base d'une fédération de tous ceux qui adhèrent aux valeurs que les Oasis veulent servir et promouvoir.

6 - Avoir un regard responsable sur nos besoins et nos modes de consommation. Adopter la sobriété de vie comme valeur de bien-être.

7 - Recréer le lien social authentique par l'écoute, le partage et la solidarité

8 - Privilégier les échanges de proximité dans une démarche d'autonomie (système ouvert), et non pas d'autarcie (système fermé)

9 - Dans une Oasis, chaque personne est créatrice et responsable de son activité économique et financière.

10 - Favoriser la pluriactivité des personnes

11 - Repenser l'accès à la propriété, son usage, sa pérennité

12 - Promouvoir un habitat écologique à faible coût

13 - Privilégier un habitat de proximité qui respecte la vie privée de chacun

14- Se souvenir qu'avant d'être un refuge, l'Oasis est à construire

15 - Unir les Oasis dans une logique de réseau, régionale, nationale et internationale.

 

 

Repost 0
Published by Richard - dans A propos ...
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 21:32

 

Fêter l'Automne à Plounéour-Menez (15kms au sud de Morlaix)

le samedi 11 novembre 2006 de 10h à 20h à la salle polyvalente

 

Programme     10 h : Assemblée générale de l'association Fête du Vivant , ouverte à tous

                            11 h : Construire des toilettes sèches, une solution simple pour économiser l'eau

De la matière sèche à la matière vivante : Marielle RICHARD expose les résultats de l'enquête nationale réalisée en 2006 par Empreinte, et propose un schéma de construction pour le jardin, à la portée de tous. Un exemplaire a été réalisé à la ferme Goueled Ker et peut être visité!

12 h : apporter son pique-nique

                               14h : Rencontre avec Annick BOENNEC, auteur du livre ANANDA paru aux éditions Hélios cet automne.

ce roman autobiographique raconte la randonnée d'une femme de la Côte Nord du Finistère jusqu'à Huelgoat dans les Monts d'Arrée, et sa rencontre avec un enfant mystérieux qui lui parle du sens de la vie, de l'amour et de la communion avec la Nature, avec le Vivant.

Séance dédicaces

                                15h : Conférence de Jean-François ROUDAUT : Comment vivre une vie nouvelle, dans un éco-lieu ?

Jean-François Roudaut  expliquera la démarche qui l'a conduit à créer un éco-lieu dans les Côtes d'Armor avec Corinne Ravinet : la Maison de l'Art de Vivre à Hengoat.

                                 18h : "Démons et Merveilles", un spectacle vivant : contes avec Loïg PUJOL.

Sans âges, sans frontières, sans limites, sans localisation exacte, la forêt des Démons et Merveilles regorge de glaciers, de montagnes ennneigées, de cités magnifiques,  de grottes et de cavernes, d'océans, de fleuves, de ruisseaux.. et tout le monde la connait !

Participation : journée sans spectacle 10 euro (gratuit pour les moins de 12 ans) et spectacle de contes 5 euro (tarif unique)

 

Repost 0
Published by Richard - dans A propos ...
commenter cet article
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 09:55

Suite au spectacle vivant donné pour la fête du Vivant 2005, le conteur-marcheur nous a donné Rendez-vous au Café du Port de Brignogan Plages chez Edmond. Edmond c'est aussi le nom du personnage de Patrick Launay dans son spectacle vivant "Le naufragé-korrigan".

le 19 avril 2006 Patrick nous attendait, son grand sac à dos posé à ses côtés. Le soleil commence à chauffer sur la terrasse, nous nous y installons. Quatre korriganes se sont annoncées aujourd'hui : Michèle, Annou et Sabine, et Marielle.

Patrick nous explique son programme: il vient du Folgoët où il avait rendez-vous avec un journaliste du Télégramme, via Kerlouan et son village de pêcheures en pleine rénovation. Arrivé à Brignogan il s'est installé au camping de la Côte des Légendes. Une rencontre insolite: un campeur déjà installé qui l'a entrepris sans le lâcher....et qui l'a ainsi poussé à planter sa tente plus loin! penchant naturel ou stratégie ? en tout cas un bon moyen pour écarter les voisins. A méditer pour les périodes de pointe!  De Brignogan, Patrick part avec nous sur Plouescat où il a rendez-vous avec un adjoint au maire pour participer au festival d'été : un spectacle prévu début septembre. Les 4 korriganes approuvent le programme, celui de la journée en tout cas:

CAP sur Plouescat par la baie de Goulven à marée basse! C'est grande marée, nous avons d'ailleurs été ramasser des algues hier avec une dizaine de personnes pour faire du tartare, délicieux sur toasts, dans les sauces de salade, avec les poissons...Surtout, ne pas oublier de couper les algues sur les rochers avec des ciseaux pour permettre la repousse! Direct de la mer à l'assiette : alimentation vivante!

12h il est temps de se mettre en route avec des provisions

Arrivés à l'entrée de la Baie de Goulven après une heure de marche, nous faisons une pause. Une surprise nous attend. Un jeune homme passe encourant devant nous, c'est Antoine LE BOS ! Interpellé, il interrompt son jogging et nous voilà tous installés pour une heure de conférence sur le projet de production cinématographique du Groupe de l'Ouest qu'Antoine a lancé avec une vingtaine d'amis. Objectif: créer un pôle de création cinématographique sur la Côte des Légendes. Pas simple de remuer les politiques! Depuis un an, ils frappent aux portes et attendent un retour financier indispensable à la poursuite du projet. Ils reçoivent des encouragements, des "clins d'oeil de l'univers" en quelque sorte :

- en janvier 2007, la Manche devient juridiquement frontière, ce qui permettra à la Bretagne de bénéficier de financements européen transfrontaliers.

- les studios de tournage peuvent être aménagés dans d'anciens hangars agricoles et il s'avère que les machines agricoles peuvent être reconverties en outils à fournir des effets spéciaux ! Recyclage des rampes d'épandages de pesticides en arroseurs de pluie et reconversion des agriculteurs mis en difficulté par les tribulations de la PAC et de l'économie mondiale! Finalement les locaux seront à la Gare de Plouénour-Trez!

- le Finistère obtient les meilleurs résultats aux concours nationaux de scénarios, de productions...Quel est son secret ? La mélancolie créatrice de son climat, de ses paysages, de son peuple ? les efftets de l'iode, de l'infini des horizons marins, de l'histoire des aventuriers, des navigateurs ? En tout cas une force, un don à développer et sur lequel s'appuyer.

Pour Antoine et ses amis, la génération des 30-40 ans, la démarche consiste à sortir la création du parisianisme étouffant, des productions à gros budgets, de l'individualisme et du népotisme en vigueur dans le milieu pour miser sur un partenariat collectif, un travail en synergie dans un esprit coopératif.

Ce discours fait écho chez Patrick qui a choisi de quitter le milieu du théâtre parisien pour engager une marche personnelle le long des côtes Bretonnes, inspirée de son parcours qui l'a conduit à Belle-Ile au lendemain du naufrage de l'Erika en déc 99 pour tenter de sauver les oiseaux mazoutés. Il a travaillé dans un centre de collecte et de transit LPO pour soigner ce "vivant non-commercial". (voir article de Passerelleco link)

Nous laissons Antoine à une sieste bien méritée et nous commençons la traversée de la baie. Cap sur les dunes de Keremma. Tour à tour l'une des korriganes accompagne la foulée du marcheur lesté par son sac de 30kgs et qui a fini par enlever ses chaussures pour passer flaques et rivières.

Il est presque 16 heures quand nous arrivons dans les dunes. Bien à l'abri du vent dans un trou d'herbes hautes, nous grignotons nos réserves au soleil et le silence s'installe bientôt pour un petit somme bercé par les alouettes qui chantent en planeur au dessus de nos têtes avant de descendre en piqué devant nous.

Les filles de Lannion, Annou et Sabine, lâchent prise sur le temps qui passe et décident de poursuivre avec nous jusqu'à la baie du Kernic. Objectif : visite aux Klapper. Delphine herboriste et Douglas, professeur de yoga japonais et leurs 4 enfants habitent une longère sur le baie.

18h : nous sommes accueillis par le chien, puis par les enfants et enfin par Delphine que nous interrompons en plein travail de peinture. Un brin de causette sur les plantes médicinales et les animations de son association Les 5 sens et nous repartons.. Cette fois les korriganes d'un jour repartent en stop sur Brignogan et Patrick reprend sa marche vers le camping de la Baie du Kernic à Plouescat.

Deux par deux, sur le bord de la route nous laissons passer quelques conducteurs amusés. Puis nous interpellons un pêcheur de la baie qui rentre chez lui, en voiture! "Allez-vous dans notre direction ? - Ah non, j'habite juste en face ! " Voyant notre désarroi, il propose alors d'aller chercher sa grosse voiture (la R25!) et de nous emmener. Un quart d'heure plus tard nous sommes déposées à Brignogan. L'univers fait bien les choses !

Patrick, lui, a fait sa pause nocturne près d'une chapelle sur le chemin du camping et nous le retrouvons le lendemain après-midi, installé au camping cette fois. Un chocolat chaud au café du coin clôture cette étape de sa marche vers Saint-Malo. Bon vent, Patrick !

Repost 0
Published by Richard - dans A propos ...
commenter cet article
1 novembre 2005 2 01 /11 /novembre /2005 00:00
RAPPEL des buts de l'association Fête du VIVANT
 
L’association « Fête du V.I.V.A.N.T. » a pour but de s’appuyer sur les ressources naturelles et humaines d’un terroir pour favoriser un art de vivre conciliant mieux-être et écologie, générant des initiatives pour un développement durable et solidaire.


Elle organise depuis plusieurs années sa « Fête du V.I.V.A.N.T. ».
Voici le programme du 6 novembre 2005 à BRIGNOGAN-PLAGES.

-  11 h : VISITE DE LA FERME BIO de Josée et Jean LE BARS à Plouider, producteurs de lait et membres de l’Association des Producteurs de Fruits et Légumes Biologiques de Bretagne qui distribue chaque semaine des « paniers équitables » sur le Finistère Nord.

www.biobreizh.org

16 h : TABLE RONDE « Goût et culture » suivie d’une dégustation « vins et produits de la mer » avec la participation d’ « Algues de Bretagne ».

Nos invités :
-  Josée LE BARS, agricultrice bio à Plouider,
-  Pierrick LE ROUX, cuisinier, auteur de deux ouvrages sur les algues alimentaires, enseignant au Lycée Fénelon de Brest. www.cuisineauxalgues.com
-  Jean-Philippe HEAUME, animateur du convivium Slow Food du pays Gallo. Le mouvement international Slow Food est une alternative à la mode des « fast food » et à la frénésie de la « fast life ». Il a pour but de cultiver le goût des produits de terroirs, sauvegarder la biodiversité, promouvoir les modes de production respectueux de l’environnement.

www.slowfood.com

19 h : SPECTACLE « Le Naufragé - Korrigan » de Patrick LAUNAY, auteur marcheur comédien, s’arrêtera à Brignogan-Plages sur la route de Nantes à Saint-Malo.

A l’épreuve de la marée noire, ce personnage hirsute improvise une danse de l’Homme-Oiseau. Il découvre soudain des yeux face à lui, des yeux d’oiseaux-spectateurs, sorte de tribunal marin devant lequel il dispose d’une heure pour justifier sa présence. Loin des routes et du confort matériel, Patrick ambitionne d’aller vers les autres tout en entretenant au quotidien une relation privilégiée avec la nature, une manière d’être en accord avec ses rêves, nos rêves...

Courriel : compagnieclarance@club-internet.fr

Tout l’après-midi : EXPOSITION DE PEINTURES « Les Monts d’Arrée, terre de lumière » d’Annick BOËNNEC, peintre et écrivain. Elle présentera ses peintures acryliques et aquarelles sur la forêt d’Huelgoat, terre de légendes, et sur les Monts d’Arrée, région merveilleuse qui offre une énergie positive et créatrice extraordinaire, véritable lieu à la frontière de l’irréel où l’imaginaire se mêle à la réalité. Ses tableaux traduisent une recherche de la lumière, des couleurs et de la transparence à travers ces paysages authentiques où il fait bon venir se ressourcer. Elle dédicacera également son recueil de poèmes illustrés de ses peintures « Paroles d’amour, de paix et de joie » et un conte pour enfants « La petite fille dans la forêt d’Huelgoat ».

www.berrien.lautre.net

Participation :
-  Journée complète (spectacle inclus) : 15 Euros
-  Journée adhérent (spectacle inclus) : 10 Euros
-  Dégustation et table ronde : 10 Euros
-  Spectacle : 6 Euros


Contacts :

Fête du V.I.V.A.N.T.
-  fete-du-vivant@wanadoo.fr
-  www.fete-du-vivant.com
-  06 81 16 33 92

Repost 0
Published by Richard - dans A propos ...
commenter cet article
1 novembre 2005 2 01 /11 /novembre /2005 00:00

* Novembre 2006 : Fête de Samain

Plus d'infos sur cette fête celtique :
http://www.france-pittoresque.com/traditions/62-2b.htm



Un spectacle vivant :  Loïg Pujol dans  "Démons et Merveilles" invité à Plounéour-Menez.

voir site www.loig-pujol.com

 

 

* Autres rendez-vous de mai 2006

- le samedi 20 mai à Guerveur, sur la commune de Saint-Nic, face au Menez Hom : la Fête du printemps

animations à partir de 15h, stands, conférence de Jean-Claude Pierre sur le Développement Durable, festnoz

- le jeudi de l'Ascension le 25 : Tro Menez Are à Plounéour-Menez, une randonnée à la porte des Monts d'Arrée avec stands et festnoz le soir

 

Repost 0
Published by Richard - dans A propos ...
commenter cet article
10 mars 2005 4 10 /03 /mars /2005 00:00


Faites du Vivant dans votre jardin

Semé fin mars, le lin est en fleurs pour la Pentecôte dans la
ferme de Goueled Ker à Plounéour-Menez. Il est récolté début septembre.

En septembre 2004,  la conférence et la randonnée « sur la route du lin » , animées par François Bouget et Pierre Duchesne nous parlent de patrimoine vivant et de la quête de l'UN.

Le lin a traversé le temps. Les hommes le cultivent depuis l'Antiquité pour ses multiples usages et propriétés. C'est aussi un produit d'avenir. Tout est utilisé : le bois pour faire de l'aggloméré,
l'étoupe pour faire du papier, la filasse pour le fil de lin, les graines pour leur richesse en omega 3 et leur action sur le transit intestinal.

De tout temps, il a été lié au sacré : support pour les saintes écritures, tissu pour confectionner les habits des prêtres, la tunique de Jésus. Le lin respire : chaud en hiver, frais en été. Le filage et le tissage faisaient partie de l'initiation féminine.
Athena était une tisseuse, elle tissait le fil de la sagesse. La navette va et vient, en rythme, sous l'impulsion des femmes, liées elles aussi au rythme de la nature, au rythme des lunes. Elles sont les
initiatrices de l'intégration du temps.

La rotation du fuseau donne naissance au fil, fil de lin, fil de la vie.
Dans la légende, les fées tissent le fil d'argent qui est donné à l'homme quand il s'incarne, au début de sa vie sur terre, et qui est coupé à la fin. Ce fil est tissé de toute notre histoire, c'est le fil de notre existence, de notre destinée, fait de notre propre matière, de nos expériences, de nos émotions et deuils. Ces épreuves
nous conduisent sur la voie de la transformation.

Le cycle du vivant : Mourir pour renaître. Les tiges de lin doivent pourrir dans l'eau, puis
le bois est séparé de la filasse et de l'étoupe, par broyage. Le fil, le subtil, est séparé de l'épais.

L'association Fête du Vivant a organisé une randonnée découverte des
sites de production des fils de lin au pays de Morlaix,
une production qui a fait la richesse du pays au XVIIIème siècle.



Retour haut de page

Repost 0
Published by Marielle Richard - dans A propos ...
commenter cet article