Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Bienvenue !
Vos suggestions ou vos questions 
: richard.marielle@free.fr

Recherche

8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 09:55

Suite au spectacle vivant donné pour la fête du Vivant 2005, le conteur-marcheur nous a donné Rendez-vous au Café du Port de Brignogan Plages chez Edmond. Edmond c'est aussi le nom du personnage de Patrick Launay dans son spectacle vivant "Le naufragé-korrigan".

le 19 avril 2006 Patrick nous attendait, son grand sac à dos posé à ses côtés. Le soleil commence à chauffer sur la terrasse, nous nous y installons. Quatre korriganes se sont annoncées aujourd'hui : Michèle, Annou et Sabine, et Marielle.

Patrick nous explique son programme: il vient du Folgoët où il avait rendez-vous avec un journaliste du Télégramme, via Kerlouan et son village de pêcheures en pleine rénovation. Arrivé à Brignogan il s'est installé au camping de la Côte des Légendes. Une rencontre insolite: un campeur déjà installé qui l'a entrepris sans le lâcher....et qui l'a ainsi poussé à planter sa tente plus loin! penchant naturel ou stratégie ? en tout cas un bon moyen pour écarter les voisins. A méditer pour les périodes de pointe!  De Brignogan, Patrick part avec nous sur Plouescat où il a rendez-vous avec un adjoint au maire pour participer au festival d'été : un spectacle prévu début septembre. Les 4 korriganes approuvent le programme, celui de la journée en tout cas:

CAP sur Plouescat par la baie de Goulven à marée basse! C'est grande marée, nous avons d'ailleurs été ramasser des algues hier avec une dizaine de personnes pour faire du tartare, délicieux sur toasts, dans les sauces de salade, avec les poissons...Surtout, ne pas oublier de couper les algues sur les rochers avec des ciseaux pour permettre la repousse! Direct de la mer à l'assiette : alimentation vivante!

12h il est temps de se mettre en route avec des provisions

Arrivés à l'entrée de la Baie de Goulven après une heure de marche, nous faisons une pause. Une surprise nous attend. Un jeune homme passe encourant devant nous, c'est Antoine LE BOS ! Interpellé, il interrompt son jogging et nous voilà tous installés pour une heure de conférence sur le projet de production cinématographique du Groupe de l'Ouest qu'Antoine a lancé avec une vingtaine d'amis. Objectif: créer un pôle de création cinématographique sur la Côte des Légendes. Pas simple de remuer les politiques! Depuis un an, ils frappent aux portes et attendent un retour financier indispensable à la poursuite du projet. Ils reçoivent des encouragements, des "clins d'oeil de l'univers" en quelque sorte :

- en janvier 2007, la Manche devient juridiquement frontière, ce qui permettra à la Bretagne de bénéficier de financements européen transfrontaliers.

- les studios de tournage peuvent être aménagés dans d'anciens hangars agricoles et il s'avère que les machines agricoles peuvent être reconverties en outils à fournir des effets spéciaux ! Recyclage des rampes d'épandages de pesticides en arroseurs de pluie et reconversion des agriculteurs mis en difficulté par les tribulations de la PAC et de l'économie mondiale! Finalement les locaux seront à la Gare de Plouénour-Trez!

- le Finistère obtient les meilleurs résultats aux concours nationaux de scénarios, de productions...Quel est son secret ? La mélancolie créatrice de son climat, de ses paysages, de son peuple ? les efftets de l'iode, de l'infini des horizons marins, de l'histoire des aventuriers, des navigateurs ? En tout cas une force, un don à développer et sur lequel s'appuyer.

Pour Antoine et ses amis, la génération des 30-40 ans, la démarche consiste à sortir la création du parisianisme étouffant, des productions à gros budgets, de l'individualisme et du népotisme en vigueur dans le milieu pour miser sur un partenariat collectif, un travail en synergie dans un esprit coopératif.

Ce discours fait écho chez Patrick qui a choisi de quitter le milieu du théâtre parisien pour engager une marche personnelle le long des côtes Bretonnes, inspirée de son parcours qui l'a conduit à Belle-Ile au lendemain du naufrage de l'Erika en déc 99 pour tenter de sauver les oiseaux mazoutés. Il a travaillé dans un centre de collecte et de transit LPO pour soigner ce "vivant non-commercial". (voir article de Passerelleco link)

Nous laissons Antoine à une sieste bien méritée et nous commençons la traversée de la baie. Cap sur les dunes de Keremma. Tour à tour l'une des korriganes accompagne la foulée du marcheur lesté par son sac de 30kgs et qui a fini par enlever ses chaussures pour passer flaques et rivières.

Il est presque 16 heures quand nous arrivons dans les dunes. Bien à l'abri du vent dans un trou d'herbes hautes, nous grignotons nos réserves au soleil et le silence s'installe bientôt pour un petit somme bercé par les alouettes qui chantent en planeur au dessus de nos têtes avant de descendre en piqué devant nous.

Les filles de Lannion, Annou et Sabine, lâchent prise sur le temps qui passe et décident de poursuivre avec nous jusqu'à la baie du Kernic. Objectif : visite aux Klapper. Delphine herboriste et Douglas, professeur de yoga japonais et leurs 4 enfants habitent une longère sur le baie.

18h : nous sommes accueillis par le chien, puis par les enfants et enfin par Delphine que nous interrompons en plein travail de peinture. Un brin de causette sur les plantes médicinales et les animations de son association Les 5 sens et nous repartons.. Cette fois les korriganes d'un jour repartent en stop sur Brignogan et Patrick reprend sa marche vers le camping de la Baie du Kernic à Plouescat.

Deux par deux, sur le bord de la route nous laissons passer quelques conducteurs amusés. Puis nous interpellons un pêcheur de la baie qui rentre chez lui, en voiture! "Allez-vous dans notre direction ? - Ah non, j'habite juste en face ! " Voyant notre désarroi, il propose alors d'aller chercher sa grosse voiture (la R25!) et de nous emmener. Un quart d'heure plus tard nous sommes déposées à Brignogan. L'univers fait bien les choses !

Patrick, lui, a fait sa pause nocturne près d'une chapelle sur le chemin du camping et nous le retrouvons le lendemain après-midi, installé au camping cette fois. Un chocolat chaud au café du coin clôture cette étape de sa marche vers Saint-Malo. Bon vent, Patrick !

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard - dans A propos ...
commenter cet article

commentaires