Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Bienvenue !
Vos suggestions ou vos questions 
: richard.marielle@free.fr

Recherche

13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 20:04

La carotte et le bâton sont les outils de l'éducation traditionnelle. Est ce qu'ils encouragent la vie? Marshall ROSENBERG explique en Communication Non Violente comment mettre plus de vie dans notre façon d'influencer les autres, comment éduquer sans récompense ni punition. link


En l'écoutant, il parait évident qu'en motivant les enfants à écouter, apprendre... pour la récompense à venir et non pas pour la valeur de l'enseignement qu'ils reçoivent... on aboutit aux manifs des étudiants grecs par exemple. Les politiques leur ont promis du travail et une bonne rémunération s'ils obtenaient leurs diplômes, la juste récompense de leurs années d'études supérieures, ... et puis rien! Ils ont de quoi être en colère...

Agir soi-même ou influençer les autres par le devoir, la culpabilité, la peur ou l'évaluation jugement...se paye un jour.  En effet l'image négative de nous-mêmes et la douleur psychologique qui découlent de ces motivations est très coûteuse.

Et si nous agissions à partir de ce qui est vivant en nous et chez les autres... La proposition de Marshall Rosenberg est la suivante : remplaçons les bonne notes, le c'est "juste/faux, bon/mauvais, bien/mal"  par "l'évaluation du coeur : la gratitude sincère pour les besoins qui ont été comblés par le comportement de l'autre"! Et voyons ce qui arrive...Nous avons plus de chances d'obtenir la coopération et l'unité.
Par où commencer ? Le comportement de votre conjoint(e), voisin(e), enfant, collègue, patron... ne vous convient pas. La question à se poser est la suivante : que voulez-vous que l'autre ait comme raison pour faire ce que vous voulez qu'il fasse? Puis, au lieu de juger, étiqueter, réagir... exprimer ce que cela vous fait, ce que vous ressentez face à ce comportement et le besoin qui n'est pas comblé. Enfin vous faites une demande concrète et réaliste à l'autre.

Exemple : quelqu'un m'insulte : "Vous êtes un menteur"!
J'ai plusieurs choix :
- je le prends personnellement et ainsi je lui donne le pouvoir et je me dévalorise
- je suis en colère et je réagis en la jugeant "vous n'avez aucun droit de me dire cela".... cela conduit à l'escalade "oeil pour oeil, dent pour dent".

- j'entends ce qui est vivant dans cette personne et qui provoque cette attitude : j'entends comment elle se sent, les besoins non comblés...

- et je demande une autre manière de combler ces besoins, une option qui serve plus la vie !

Bibliographie : "Les mots sont des fenêtres", Marshall Rosenberg (ed. La découverte)
                      Lucy leu  "Manuel de communication non-violente (ed. La découverte)

Partager cet article

Repost 0
Published by Marielle - dans A propos ...
commenter cet article

commentaires